©lutz

Chronique

Philippine me fait faire un énorme travail intérieur

Accompagner son enfant polyhandicapé au quotidien est un véritable défi. Une expérience du découragement, du doute, mais aussi de la confiance et de l’espérance.

Les parents qui ont un enfant polyhandicapé comme Philippine, de même que les professionnels qui accompagnent avec une infinie patience nos enfants, font l’expérience d’une pauvreté particulière. Pour eux, comme pour nous, il s’agit de ne pas baisser les bras. La notion de progrès, par exemple, est très déstabilisante avec un enfant polyhandicapé. Je l’ai moi-même rejetée pendant très longtemps, les progrès de Philippine me semblant tellement minuscules. Avec le temps, j’ai mesuré toute la valeur, la profondeur, et la signification de l’éveil sensoriel de Philippine. Non, la communication par le toucher n’est pas une communication au rabais, elle nous apprend à être à l’écoute des moindres détails.

J’ai compris que je n’y arriverais pas toute seule

Bien sûr, nous avons des moments de découragement, d’épuisement, d’impuissance, de désarroi. Accompagner nos enfants demande une énergie incroyable et de plus en plus grande à mesure qu’ils grandissent. Un jour, un professionnel m’a dit que je lui redonnais du courage. Je peux aussi témoigner que l’inverse est vrai.

Parfois, notre effort de parents d’une personne polyhandicapée consiste à se lancer : oui, c’est possible pour Philippine. Ainsi, avec Damien, mon mari, nous avons réussi à passer le cap de l’emmener dans une piscine publique. Mais je suis consciente que, pour d’autres, c’est un barrage. Nous ne pouvons pas investir notre énergie sur tous les plans avec notre enfant. Un autre cap peut-être celui de confier son enfant pour une activité. Un gros déclic s’est fait le jour où j’ai compris que je n’y arriverais pas toute seule.

Oser regarder la question du sens de la vie de Philippine

Philippine me fait faire un énorme travail intérieur. Elle vient percuter et mettre au jour mes résistances et mes convictions. Elle fait émerger des pensées ou des questions qui peuvent me paraître honteuses. Mais parce qu’elles me font honte, il me faut les regarder.

Par exemple, quand dans le cahier de liaison, on me présente la décoration de Noël « faite par Philippine » (qu’a-t-elle vraiment fait ? je ne sais), une pensée peut me traverser : « est-ce que j’ai le droit de faire perdre du temps à un éducateur spécialisé alors que d’autres enfants handicapés (avec plus de capacités) en auraient peut-être plus besoin ? » Honte de le penser. Soit je reste seule avec cette question, soit je choisis de tourner un regard admiratif vers ces professionnels qui donnent avec gratuité.

Honte d’oser me poser la question du sens de la vie de Philippine : est-ce que cette vie en vaut la peine ? Est-ce qu’elle est digne ? Ai-je raison de la défendre ? Sans parler de cette proximité avec la mort, même si l’enfant polyhandicapé se trouve en bonne santé. Il arrive souvent lors d’une conférence que l’on me pose la question de l’espérance de vie de Philippine, question extrêmement violente mais que je comprends. Je me demande moi-même parfois : est-ce que ça va être long ? Combien de temps cela va-t-il durer ?

Philippine me mène aux confins des questions existentielles.

Ce que je vis auprès d’elle est humanisant

Cela pourrait se résumer dans ce petit moment apparemment insignifiant et si douloureux : récemment, je regardais une petite vidéo sur un site de soutien à Vincent Lambert. Une femme lançait un ballon à son mari en état pauci-relationnel. Elle disait qu’il aimait cela. Mais pour moi qui ne connaissais pas cet homme, j’avais l’impression qu’il ne se passait rien ou presque. Et je me suis dit que beaucoup devait éprouver cette même gêne en me voyant souligner telle ou telle minuscule réaction de Philippine. J’avais mal pour cette femme et pour moi à cause de la condescendance que beaucoup manifestent à la vue de ce genre de témoignages : « cette pauvre femme est aveuglée par son épreuve et cherche à justifier en pure perte la dignité de son mari et se ridiculise du même coup. » Les gentils croient devoir pudiquement nous laisser dans nos illusions, et les cruels croient devoir se charger de nous ouvrir les yeux. Hors, contrairement à ce que ces gens croient, nous sommes lucides, affreusement lucides. Nous aimons une personne humaine détruite du mieux que nous pouvons et nous pensons en conscience que nous n’avons pas le droit d’interrompre cette vie.

Mais malgré toutes ces douleurs et peut-être même grâce à elles, dès que je regarde les seize années écoulées auprès de Philippine, je ne regrette rien. Tout ce que je vis auprès d’elle est humanisant, est grand, est pur. Cette souffrance n’est pas vaine. Elle est notre chemin familial. Nous travaillons à en faire quelque chose de beau et de joyeux. C’est ma fierté. Peut-on être fière et honteuse en même temps ? Oui, le paradoxe est un bon signe, le signe de la Vérité et de la Vie.

Source : le site de l’OCH, Office chrétien des personnes handicapées, fondation amie pour laquelle je suis heureuse d’écrire.

http://www.ombresetlumiere.fr/article/sophie-lutz-philippine-me-fait-faire-un-%C3%A9norme-travail-int%C3%A9rieur

Chronique publiée le 26 septembre 2016


Laisser un commentaire



Sur le thème Fragilité / Handicap

Livres

Derrière les apparences

Sa tête retombe de côté, et sa bouche reste un peu ouverte, lui donnant cet air d’innocence trop pure pour être normale.

Philippine, la force d’une vie fragile

Voici un livre bouleversant. Sophie et Damien Lutz sont les parents d’une petite fille polyhandicapée, Philippine.

Conférences

Coup de Coeur

Un livre essentiel à mes yeux : L’aventure A bras ouverts, un voyage en humanité

Tugdual Derville raconte de l’intérieur la fondation d’une oeuvre d’amitié au service des enfants handicapés. Une lecture qui m’a « regonflée » dans ma tâche de maman.

Toutes mes chroniques

Parler vrai sur le sexe

J’étais à une conférence de Thérèse Hargot pour la sortie de son livre Une jeunesse sexuellement libérée (ou presque).

Ma publication pour le site Aleteia : La fidélité, un principe aujourd’hui dépassé ?

A propos des campagnes publicitaires de Gleeden, site de rencontres extraconjugales. Pour lire l’article, cliquer sur le lien :

En couple, mettre en mots sa sexualité

Parler de sexualité dans l’intimité du couple, est-ce plus simple ? Pas certain. L’intimité, la compréhension et l’amour du conjoint, ne font pas toujours tomber pudeur, gêne, honte, refus ou blocage du dialogue.

Polyamoureux, demi-sexuels : la frustration n’est pas toujours où on croit

Je suis tombée sur le blog d’un homme marié avec une femme, tous deux polyamoureux. Comprenez : libertins. À l’inverse, un magazine féminin vient de faire connaître une nouvelle catégorie de personnes, les demi-sexuels. […]

Faut-il encore croire aux miracles ?

Quand avez-vous été témoin d’un miracle?

Le handicap d’un enfant : un trésor caché pour les parents

Devenir parents est une aventure. Quand l’enfant est handicapé, l’aventure devient extrême. L’extrême provoque du périlleux et de multiples occasions de vérifier notre amour, de l’aiguiser. Le mariage est une opération de transformation personnelle […]

Le foot nous rend-il tous fous?

C’est très instructif, le foot.

Vie de couple : Quand ça ne va pas, tu patientes

«Le mariage, quand ça va, ça va. Quand ça ne va pas, tu patientes. » Cette réplique de Jean-Pierre Bacri, dans le film Un air de famille, sous ses dehors simplistes, ne manque pas de profondeur. C’est en […]

À quoi ça sert de réfléchir à sa sexualité ?

Je suis satisfait(e) de ma vie sexuelle. Quel intérêt pourrait-il y avoir à réfléchir, à parler, ou même à se former ou à lire sur ce sujet ?

Une émission de radio : la joie au coeur du handicap. Possible ?

https://rcf.fr/vie-quotidienne/sophie-lutz-la-joie-au-coeur-du-handicap

C’est pour qui, la miséricorde ?

Suis-je un pauvre qui a besoin d’être sauvé ? C’est la question de l’année de la miséricorde… et de toute notre vie.

Couple – Son corps : ma déclaration.

Le mariage est sorti du domaine de l’évidence culturelle dans notre société. On peut le déplorer. Mais ce fait nous oblige à entrer en résistance et à cultiver dans notre vie ce qu’il est. […]

Donne-moi un conseil : 8 critères pour distinguer le bon du mauvais.

Pas toujours facile de donner un conseil à un jeune. C’est une période où de grands choix sont faits, qui nécessitent de prendre conseil. Je me souviens de ma propre expérience. Consciente de devenir adulte, j’aspirais […]

Emission radio : la joie au cœur du handicap

Raphaël de la Croix, de RCF, m’interroge sur mes ressources de joie.

Emission de radio : Parler de sexualité en couple, pourquoi c’est important.

Une émission avec Christophe Henning à partir de mon dernier livre, Donne-moi des baisers de ta bouche. Pour écouter, cliquer sur le lien : https://rcf.fr/vie-quotidienne/famille/parler-de-sexualite-en-couple-pourquoi-cest-important-avec-sophie-lutz

Notre fragilité est un frein très précieux

Notre société ultra-technique va très très vite. Le progrès crée l’accélération. Etre rapide, est-ce un réel progrès pour l’être humain ?

Sus au scénario qui tue

Une amie a l’air tristounette : « Je me suis disputée avec mon mari », me dit-elle. « Ça se reproduit une fois par mois. Cela arrive quand il a eu beaucoup de déplacements professionnels pendant la […]

La souffrance est-elle un problème individuel ou collectif ?

En écoutant la radio, j’ai entendu un écrivain interviewé expliquer qu’il ne voulait pas écrire sur ce qui le fait souffrir.

Bonniche pour vieux ?

Hommage aux jeunes qui choisissent un métier de service à la personne