Noli me tangere © François-Xavier de Boissoudy

Chronique

C’est pour qui, la miséricorde ?

Au début du pontificat du pape François, quelqu’un avait fait cette remarque : « Il veut une Eglise pauvre pour les pauvres. Et nous, alors ? » Ça voulait dire : et nous les riches alors ? Il n’y a pas 36 solutions : il faut que tous les riches deviennent des pauvres. Cela paraît bête, mais ça doit pas l’être tant que ça, au vu du temps qu’il faut pour comprendre. Je suis presque gênée de devoir préciser qu’il faut prendre pauvreté et richesse sur un plan plus profond que la profondeur du compte en banque. Plus profondément donc, expliquer ce qu’est la découverte de sa propre pauvreté, voilà tout un chemin, auquel invite le Pape, qui peut sembler improbable à beaucoup.

Souffrir de sa richesse

Personnellement, je me suis trouvée dans cette situation  de prise de conscience, le jour, pas si lointain, où  quelqu’un a dit devant moi : « La foi ne sert à rien si on n’a pas besoin d’être sauvé. » Cette phrase m’a assommée. Moi, croyante depuis toujours, je n’avais jamais senti le besoin d’être sauvée. Je ne m’étais jamais sentie comme la brebis perdue. Je n’avais pas tué, ni volé. Moi aussi, j’en étais encore à me considérer comme riche, de tout ce que je faisais de bien. Alors j’ai dit à Dieu : « Je veux avoir besoin de toi, comme quelqu’un qui est perdu. Mais, je voudrais le découvrir sans tuer, ni voler. » Prier en ces termes, c’était le premier pas. C’était déjà dire que j’étais perdue, puisque je commençais à souffrir de ma richesse, de ne pas avoir vitalement besoin de Dieu.

C’était reconnaître que jusque là, un truc essentiel m’avait échappé. Je me considérais comme une privilégiée et mes épreuves me semblaient toujours relatives par rapport à d’autres. Tant que vous dîtes :  » il y a plus malheureux que moi », vous êtes bien élevé, c’est sûr, mais vous n’êtes pas encore prêt pour la miséricorde. Petit à petit j’ai regardé ce qui dans ma vie me faisait souffrir, me rendait impuissante, et un cri a commencé à enfler en moi.

C’est bon d’être petit

Le cri, c’est la caractéristique du pauvre. Dans les psaumes, le cri du pauvre est plusieurs fois évoqué : un pauvre crie, le Seigneur entend. Il le sauve de toutes ses angoisses. Quand le pape dit :  » Je veux une Eglise pauvre pour les pauvres », plutôt que de dire : « et moi alors ? » Disons :  » Seigneur ouvre mes yeux sur ma pauvreté et que cela me fasse crier vers toi, que mon cri me permette de devenir pauvre parmi les pauvres. » Ainsi je vais pouvoir passer la porte sainte de la miséricorde, qui s’est ouverte pour moi aussi hier. Dieu par son Eglise m’ouvre la porte de sa miséricorde, vais-je lui ouvrir la porte de ma misère ?

Chronique publiée le 14 octobre 2016


Laisser un commentaire



Toutes mes chroniques

Ma publication pour le site Aleteia : La fidélité, un principe aujourd’hui dépassé ?

A propos des campagnes publicitaires de Gleeden, site de rencontres extraconjugales. Pour lire l’article, cliquer sur le lien :

Le foot nous rend-il tous fous?

C’est très instructif, le foot.

Le handicap d’un enfant : un trésor caché pour les parents

Devenir parents est une aventure. Quand l’enfant est handicapé, l’aventure devient extrême. L’extrême provoque du périlleux et de multiples occasions de vérifier notre amour, de l’aiguiser. Le mariage est une opération de transformation personnelle […]

Faut-il encore croire aux miracles ?

Quand avez-vous été témoin d’un miracle?

Bonniche pour vieux ?

Hommage aux jeunes qui choisissent un métier de service à la personne

Parler vrai sur le sexe

J’étais à une conférence de Thérèse Hargot pour la sortie de son livre Une jeunesse sexuellement libérée (ou presque).

La souffrance est-elle un problème individuel ou collectif ?

En écoutant la radio, j’ai entendu un écrivain interviewé expliquer qu’il ne voulait pas écrire sur ce qui le fait souffrir.

Emission de radio : Parler de sexualité en couple, pourquoi c’est important.

Une émission avec Christophe Henning à partir de mon dernier livre, Donne-moi des baisers de ta bouche. Pour écouter, cliquer sur le lien : https://rcf.fr/vie-quotidienne/famille/parler-de-sexualite-en-couple-pourquoi-cest-important-avec-sophie-lutz

Vie de couple : Quand ça ne va pas, tu patientes

«Le mariage, quand ça va, ça va. Quand ça ne va pas, tu patientes. » Cette réplique de Jean-Pierre Bacri, dans le film Un air de famille, sous ses dehors simplistes, ne manque pas de profondeur. C’est en […]

Notre fragilité est un frein très précieux

Notre société ultra-technique va très très vite. Le progrès crée l’accélération. Etre rapide, est-ce un réel progrès pour l’être humain ?

Une émission de radio : la joie au coeur du handicap. Possible ?

https://rcf.fr/vie-quotidienne/sophie-lutz-la-joie-au-coeur-du-handicap

Sus au scénario qui tue

Une amie a l’air tristounette : « Je me suis disputée avec mon mari », me dit-elle. « Ça se reproduit une fois par mois. Cela arrive quand il a eu beaucoup de déplacements professionnels pendant la […]

Couple – Son corps : ma déclaration.

Le mariage est sorti du domaine de l’évidence culturelle dans notre société. On peut le déplorer. Mais ce fait nous oblige à entrer en résistance et à cultiver dans notre vie ce qu’il est. […]

Donne-moi un conseil : 8 critères pour distinguer le bon du mauvais.

Pas toujours facile de donner un conseil à un jeune. C’est une période où de grands choix sont faits, qui nécessitent de prendre conseil. Je me souviens de ma propre expérience. Consciente de devenir adulte, j’aspirais […]

En couple, mettre en mots sa sexualité

Parler de sexualité dans l’intimité du couple, est-ce plus simple ? Pas certain. L’intimité, la compréhension et l’amour du conjoint, ne font pas toujours tomber pudeur, gêne, honte, refus ou blocage du dialogue.

À quoi ça sert de réfléchir à sa sexualité ?

Je suis satisfait(e) de ma vie sexuelle. Quel intérêt pourrait-il y avoir à réfléchir, à parler, ou même à se former ou à lire sur ce sujet ?

Philippine me fait faire un énorme travail intérieur

Accompagner son enfant polyhandicape au quotidien est un véritable défi, entre découragement, doute et confiance.

Emission radio : la joie au cœur du handicap

Raphaël de la Croix, de RCF, m’interroge sur mes ressources de joie.

Polyamoureux, demi-sexuels : la frustration n’est pas toujours où on croit

Je suis tombée sur le blog d’un homme marié avec une femme, tous deux polyamoureux. Comprenez : libertins. À l’inverse, un magazine féminin vient de faire connaître une nouvelle catégorie de personnes, les demi-sexuels. […]